J-01 The Weeknd – Starboy

Jeudi 5 juillet, 21h30 à la Scène Bell (Plaines d’Abraham)

Starboy150Pour terminer ce DefiFEQ, j’ai choisi la première tête d’affiche du Festival, The Weeknd. J’aurais pu écouter son plus récent EP, mais il parait qu’il ne parle que de sa rupture et que c’est un peu plate, donc j’ai opté pour Starboy, parce que c’est son plus grand succès (du moins, dans ma tête). Il y a tellement d’effets dans la voix que je pense fortement que The Weeknd est un robot. Je suis un peu tombée dans le panneau… La musique ne projette pas la vulgarité du texte. She know her pussy got a fan base, ce n’est pas la phrase la plus chic que j’ai entendue… (Je vous épargne les pires) Il raconte un peu trop sa vie sexuelle à mon goût. Je le juge beaucoup par principe, mais faut dire que sa musique pop R&B est efficace et donne le goût de danser.

Est-ce que j’y serai ? À moins que je perde connaissance pendant Chromeo et que je me réveille seulement pendant la prestation de The Weeknd, non. Mais dans son cas, la question est plutôt : est-ce que lui y sera ? #empoisonnementalimentaire

 

J-02 M. Ward – What a Wonderful Industry

Dimanche 8 juillet, 20h00 à la Scène Loto-Québec (Parc de la Francophonie)

M.Ward150On fête le premier mois de sortie de ce nouvel album lors du passage de l’auteur-compositeur-interprète américain à Québec. On plonge dans une ambiance rock’n’roll. (le rétro, là..) J’ai beaucoup lu le mot ‘country’ en lien avec la musique de M. Ward. Je ne peux pas comparer avec les autres, mais dans cet album, il est assez subtil le country ou sinon, qu’il est très bluesé et même un peu surf. Un album efficace. J’ai bien aimé.

Est-ce que j’y serai ? Je ne sais pas trop. Ça ne serait pas un mauvais choix.

J-03 Make-Overs – Grip On You

Jeudi 12 juillet, 20h00 à la Scène Fibe (Cœur du FEQ) et vendredi 13 juillet, 20h00 à la Scène Loto-Québec (Parc de la Francophonie)

Make-Overs_Grip_On_You150Make-Overs est un duo de punk rock d’Afrique du Sud. Sur Grip On You, on retrouve un équilibre parfait entre l’influence du punk d’origine et les sonorités actuelles. Les morceaux dégagent une énergie brute, mais contrôlée. Même si le EP est assez court (moins de 20 minutes), on peut se l’enfiler deux ou trois fois sans le trouver redondant. Ce groupe est très productif ! Martinique Pelser et Andreas Schonfeldt ont lancé une dizaine d’albums en six ans! Avec autant de matériel, on peut espérer deux prestations différentes pour les deux soirs au FEQ.

Est-ce que j’y serai ? Je ne peux rien garantir.

J-04 The War on Drugs – A Deeper Understanding

Dimanche 8 juillet, 21h20 à la Scène Loto-Québec (Parc de la Francophonie)

TheWarOnDrugs150Je pensais vraiment que c’était plus rock que ça. Surtout avec un nom avec les mots Guerre et drogue. En plus, sur la photo officielle du groupe, on dirait que les gars sont tombés en panne avec la vanne de tournée 150 kilomètres avant d’être rendu, que le gérant a dit : « Ouais ben, on va prendre la photo ici finalement ! », et qu’ils n’avaient pas encore dîné.

On dirait que la musique a été passée dans le filtre Reyes d’Instagram. C’est plein de nostalgie. J’aime qu’on prenne le temps de s’installer dans les chansons. On est rarement en bas de cinq minutes. On retrouve seulement 10 morceaux, mais l’album fait 1h05. On en a pour notre argent.

Est-ce que j’y serai ? Si je veux être cool, il faudrait bien.

J-05 Chet Doxas – Rich In Symbols

Jeudi 5 juillet, 20h au Théâtre Petit Champlain (réservation obligatoire)

ChetDoxas150Au nombre de fois où j’ai vu passer son nom parce qu’il était en spectacle à Québec, il fallait bien que je profite de son passage au FEQ pour écouter attentivement son album. Je savais que Chet Doxas était un musicien jazz, mais sans plus. Je m’attendais à quelque chose de plus « traditionnel ». J’ai été surprise, mais très agréablement surprise dès le début de While You Were Sleeping, la première pièce de l’album. J’étais certaine que quelqu’un à la voix un peu nasillarde allait se mettre à chanter des paroles avec des hey et des ho ! Sans blague, c’est un morceau très actuel, entre l’indie folk à la mode et le jazz. J’ai eu l’impression d’écoute sept histoires différentes sur cet album. Je comprends mieux l’engouement pour Chet Doxas.

Est-ce que j’y serai ? Toujours ce problème du 5 juillet avec trop d’artistes que je voudrais voir à des scènes différentes. Je vais attendre qu’il revienne à Québec.

J-06 Beck – Colors

Jeudi 12 juillet, 21h30 à la Scène Bell (Plaines d’Abraham)

Beck150Je ne voulais pas être de celles et ceux qui assistent au spectacle et ne connaissent que Loser. Sincèrement, le plus que j’ai écouté Beck, c’est sur Heaven Can Wait de Charlotte Gainsbourg. J’ai donc sauté à pieds joints dans Colors, sorti à l’automne dernier. Les guitares sont bien utilisées et apportent une pointe de rock. J’ai l’impression d’avoir déjà entendu toutes les chansons au moins une fois. C’est un album joyeux (je pourrais passer des heures à taper des mains sur Seventh Heaven), bien produit, électropop et dansant. C’est Beck, quoi !

Est-ce que j’y serai ? Il faudrait bien. C’est une belle occasion de voir Beck en spectacle.

J-07 Mélanie de Biasio – Lilies

Jeudi 5 juillet, 19h45 à l’Impérial Bell

MelanieDeBiasio150La chanteuse Belge Mélanie de Biasio est la deuxième suggestion retenue lors de mon appel à mon réseau Facebook. L’album ouvre sur la sensuelle et mystérieuse Your Freedom Is the End of Me. C’est un album intimiste et très sombre à la fois. Si Lilies commence par le mystère, il se termine par une ambiance carrément inquiétante (And My Heart Goes On). C’est un album troublant et j’aimerais voir ce que Mélanie de Biasio dégage sur scène. Merci Pierre pour la découverte !

Est-ce que j’y serai ? J’aimerais vraiment beaucoup y assister, mais il y a Chromeo et Yamantaka//Sonic Titan… C’est déchirant et c’est seulement la première soirée du Festival !